Un adhérent à l’honneur : Delphine Pouchain

Dans chaque bulletin de l’association, nous mettons un adhérent à l’honneur. Dans ce numéro, nous vous présentons Delphine Pouchain,  de la chatterie du Spiban, dans la Loire

 

Le British (et/ou le Scottish/Highland), pourquoi ?

Au départ je ne cherchais pas forcément un british mais tout simplement un chat de race après qu’un de mes chats de gouttière se soit fait écraser. Je ne voulais plus de chat qui sorte. Au fil des magazines, mon choix s’est orienté vers un chat bleu et puis quand j’ai vu pour la première fois une photo de british, ça a été une évidence : je voulais le même chat. J’ai craqué pour ce physique tout en rondeur, cet air de nounours et puis le caractère semblait correspondre à mes attentes. Et pour la petite histoire, je suis allée visiter un élevage pour acheter une femelle bleu et je suis repartie avec un mâle colourpoint : Urban, qui va bientôt fêter ses 15 ans.

Que signifie votre affixe ?

Spiban, c’est la contraction du nom de mes deux premiers chats : Spirale, une chatte de gouttière black tortie qui a partagé ma vie durant 16 ans et Urban, mon premier british et aussi mon premier chat de race.

Comment choisissez-vous les noms de vos chats ?

J’ai une préférence pour les noms composés, originaux et pas très sérieux. C’est comme ça que nous avons eu V’là Frimousse, Emberlificotis, Chamboul’Tout etc.
Quant aux chatons, si ils sont réservés avant leur identification, je laisse le soin du choix du nom aux adoptants.

D’où vient cette passion pour les chats ?

Je crois bien que je suis née avec… Depuis toute petite, j’aime les animaux avec une préférence pour les chats, tous les chats. J’ai toujours fais stérilisé les chats errants, nourri les chats « sauvages ». Je serais bien malheureuse de vivre sans chat, d’ailleurs je ne sais pas si je pourrais. J’aime leur présence à la fois très proche et si discrète, leur ronronnement, plonger mes doigts dans leur fourrure, leur façon de se mouvoir, leur caractère et le fait que de toute façon, ils font toujours comme ils l’ont décidé.

Depuis combien de temps les élevez-vous et quel est votre objectif ?

J’ai eu mon premier british en 2002 et ma première portée en 2005. Mon objectif est de faire naître des chatons dans le standard, en bonne santé et sociables. Depuis mes débuts je me suis toujours fais plaisir en faisant naître les couleurs qui me plaisent, et pas celles qui sont demandées. Chez moi vous aurez rarement du bleu mais plutôt du noir, du black tortie, du colourpoint.

Combien de couleurs pouvez-vous faire naître ? Lesquelles sont vos préférées ?

Ohlala …. vaste question qui vient de me faire faire tout un tas de calculs …..Je peux faire naitre 46 couleurs différentes avec seulement 4 femelles ! En fait j’adore les portées avec des chatons de couleurs différentes, et si en plus il y a des femelles tortie, alors là je me régale. En fait je peux avoir du noir, du roux, du chocolat, en dilué, en colourpoint, avec ou sans blanc, du tortie, du tabby, j’ai une palette de couleur assez large et diversifiée et c’est aussi ce que me plait dans le british / scottish.

Quelles sont les qualités que vous recherchez (type, couleurs) ?

Je recherche un chat tout rond avec un nez court, des petites oreilles bien placées et des grands yeux de couleur intense. J’ai un gros faible pour le tortie et depuis peu je me suis mise au silver tabby que je trouve particulièrement beau sur les chats van ou arlequin. Je fais également mon maximum pour produire des chatons en bonne santé et bien dans leurs pattes.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui se lancent dans l’élevage ?

Je donnerais comme conseil de bien se renseigner avant, de ne pas se précipiter et de commencer à très petite échelle. Faire naître des chatons c’est beau mais c’est aussi du souci et des responsabilités. Il faut également pouvoir consacrer parfois beaucoup de son temps quand tout ne se passe pas comme prévu, ce qui est quand même souvent le cas. Si je ne travaillais pas à 50% de chez moi, je pense qu’il y a longtemps que j’aurais arrêté. L’élevage c’est magnifique, et je crois que je ne pourrais plus m’en passer, mais c’est aussi un mode de vie avec beaucoup de contraintes. Je ne le vois pas comme tel mais il faut pouvoir supporter beaucoup de choses. Un éleveur se doit d’être patient et persévérant, je ne me connaissais pas ces deux qualités que je pense n’avoir que pour les chats.

Quelle est la question que vous auriez aimé que l’on vous pose ?

Il y en aurait tellement d’autres à poser…. Participez vous aux expositions félines ? Que pensez vous du SQR mis en place récemment par le LOOF ? Combien avez vous de chats ? Etc. etc.