Exposition féline internationale à Langon les 20 et 21 janvier 2018

En partenariat avec l’AMOBS STAR : 

« Spéciale d’élevage » du British shorthair – longhair le samedi, et « Spéciale d’élevage » du Scottish fold- straight- Highland fold -straight le dimanche

 

SPECIALE CHATS BLEUS TOUTES RACES le samedi,

 

 

Les juges :

  • Brigitte BERTHELON AB (France)  « spéciale d’élevage » Scottish fold-straight, et Highland fold-straight le dimanche
  • Françoise DUBOIS AB(France)
  • Xavier CHABOIS-CHOUVEL, Poils longs le dimanche
  • Andréas KRETSCHEMER-KRAICZEK AB (Allemagne)  « spéciale d’élevage » british shorthair-longhair le samedi
  • Richard MAIGNAUT (France) Poils mi-longs – poils longs et exotic shorthairs
  • José WEERT AB (Belgique)

et d’autres juges si nécessaire, selon le nombre de chats engagés.

ATTENTION !

La clôture des engagements se fera dès que la salle est remplie, ou au plus tard le 5 janvier 2018 !

Plus d’infos 

 

Mérial : web conférence sur le typhus félin en France

Le 1er décembre dernier, Merial, spécialiste de la santé animale, proposait une web conférence sur le typhus félin en France.
Vous pouvez (ré)écouter cette conférence sur le site dédié à l’information des éleveurs félins sur les maladies infectieuses et parasitaires.
Vous trouverez également sur cette page des liens utiles sur l’infectiologie et la parasitologie dans l’élevage félin.

 

 

Chats blancs et surdité

Vous êtes éleveur ou propriétaire ayant – ou ayant eu – des chats blancs (British Longhair,British Shorthair) ? Le LOOF  vous informe des modifications mises en place au 1er janvier 2017 pour limiter les cas de surdité chez ces chats blancs.

En effet, la couleur blanche chez le chat est souvent associée à la surdité. Il existe cependant des pratiques d’élevage adaptées pour réduire ce risque en mariant des chats blancs avec des chats d’autres couleurs et évitant de faire des mariages entre deux chats totalement blancs.

De plus, il existe un examen clinique, le test BAER (ou PEA en français) qui sert à évaluer le niveau d’audition. Il est indispensable pour sélectionner des reproducteurs « entendant » et garantir aux futurs acheteurs que leur chaton a une ouïe normale.

C’est pourquoi le Conseil d’administration du LOOF, sur avis du Conseil scientifique, a pris les décisions suivantes, toutes effectives au 1er janvier 2017 :

  • Les chatons nés après le 31 décembre 2016, issus d’un mariage chat blanc x chat blanc, ne pourront plus être inscrits au LOOF ;
  • le résultat des tests d’audition (BAER) pourra, sur la base du volontariat, être inscrit sur les pedigrees ;
  • pour tous les chats blancs, un résultat « non sourd » au test BAER est obligatoire pour accéder au niveau 3 du SQR.

Spéciales d’élevage

 

Les spéciales d’élevage concernent tous les chats, qu’ils soient chatons ou adultes. Un qualificatif « Excellent » décerné à un adulte, lui permettra d’atteindre le niveau 4 de la grille de certification des reproducteurs, accompagné des autres exigences de ce niveau.

L’APBS est reconnu par le LOOF et, à ce titre, peut vous délivrer des certificats de titres et faire enregistrer au LOOF vos certificats de conformité.

Un bilan des spéciales sera présenté à la fin de l’exposition.

De nombreuses récompenses vous attendent.

Plus d’infos sur les Spéciales

Etude sur la croissance des chatons

L’Unité de Reproduction de l’Ecole Vétérinaire de Toulouse s’intéresse à la croissance et à la mortalité des chatons de la naissance à l’âge de 2 mois.

Pour mener à bien son étude, elle sollicite l’aide des éleveurs. Le professeur Sylvie CHASTANT, du service Reproduction explique :

Nous avons deux objectifs :

  • Construire des courbes de croissance par race entre 0 et 2 mois
  • Etudier le lien entre le poids de naissance, la croissance sur les deux premiers mois de vie, le risque de mortalité néonatale et pédiatrique (0-2 mois) et la croissance ultérieure (2 mois-âge adulte) ; et ce, race par race.

Ces résultats constitueraient des outils utiles pour le suivi de la croissance de vos chatons et pour la détection précoces des jeunes à risque élevé de mortalité.

Nous sommes donc à la recherche du plus grand nombre possible de valeurs de poids de naissance et de courbes de croissance.

Pour les races pour lesquelles le nombre de données collectées sera représentatif (par rapport à l’effectif de la race en France), nous communiquerions ensuite aux clubs les courbes et les résultats de nos études.

Télécharger le document :

Enregistrement d’animaux provenant de l’étranger : nouvelles procédures

logo icad

I-CAD vous informe que les procédures relatives à l’enregistrement d’animaux provenant de l’étranger évoluent.

Désormais, un document supplémentaire obligatoire vous sera demandé à la constitution de votre dossier.Pour tout enregistrement d’animaux provenant de l’Union Européenne et de la Suisse, la copie de la rubrique « VACCINATION ANTIRABIQUE » devra être impérativement jointe à votre dossier, en plus des autres justificatifs habituels.

Quels documents joindre à votre dossier pour l’enregistrement des animaux provenant de l’étranger ?

Pour les animaux provenant des pays membres de l’UE et de la Suisse :

  • Un formulaire CERFA d’importation délivré par un vétérinaire
  • Un réglement de 9,23€
  • La copie des 3 rubriques suivantes du passeport du pays de provenance de l’animal : « IDENTIFICATION/MARQUAGE », « DESCRIPTION » et « VACCINATION ANTIRABIQUE »

Attention, si la demande émane d’un professionnel de la filière, la rubrique EXAMEN CLINIQUE doit être ajoutée au dossier.

Pour les animaux provenant des pays hors de l’UE :

  • Un formulaire CERFA d’importation délivré par un vétérinaire
  • Un réglement de 9,23€
  • Un certificat sanitaire du pays de provenance de l’animal (copie ou original) datant de moins d’un an et mentionnant la bonne santé et la non contagion de l’animal tamponné et signé par un vétérinaire OU les rubriques suivantes du passeport du pays de provenance de l’animal :  « IDENTIFICATION/MARQUAGE », « DESCRIPTION » et « VACCINATION ANTIRABIQUE » + « EXAMEN CLINIQUE »

Si vous n’êtes pas en possession des papiers du pays de provenance de l’animal merci de nous l’attester par écrit dans le dossier de l’animal et nous fournir un certificat sanitaire français mentionnant la bonne santé et la non contagion de l’animal

La visite sanitaire obligatoire

Les règles sanitaires et de protection animale (arrêté du 03/04/2016) imposent à tout élevage félin une ou deux visites sanitaires par an. Une visite sanitaire annuelle pour les petits élevages (Pas plus de 3 femelles reproductrices et pas plus de 9 chats de plus de 10 mois) ; deux visites sanitaires annuelles pour les élevages plus importants (plus de 3 femelles reproductrices et plus de 9 chats de plus de 10 mois).

Cette visite sanitaire doit être réalisée par un vétérinaire qui peut être le vétérinaire traitant de l’éleveur si celui-ci en fait la demande.

L’objectif de cette visite est de faire le point sur la prophylaxie sanitaire de l’élevage et d’envisager les améliorations éventuelles à apporter aux soins prodigués, aux installations destinées aux chats. En dialogue avec l’éleveur, le vétérinaire relèvera les points positifs, les points négatifs ; la collaboration des deux parties devra permettre d’envisager les solutions à apporter si besoin. Cette visite n’est donc pas une inspection !

Trois points essentiels attireront  l’attention :

La tenue des deux livres d’élevage :

  1. La tenue des deux livres d’élevage : Le livre de santé et le registre d’entrées et sorties,
  2. La gestion de trois pièces :
    • une maternité,
    • un local de quarantaine ou d’isolement,
    • un local d’infirmerie ou de soin,
  3. L’affichage du règlement sanitaire (Procédures de nettoyage et de désinfection, du protocole vaccinal et antiparasitaire, numéros de téléphone du vétérinaire, d’une personne de confiance, de l’électricien…). Cet affichage devrait permettre à toute personne arrivant de prendre l’élevage en main.

Pour plus de précisions sur la visite sanitaire obligatoire, consulter :

L’élevage félin, cette passion contagieuse

 

Banner_eletter_invit_f_lins

Encouragé par l’intérêt constant manifesté par les éleveurs au cours des cinq dernières années, Merial organise, pour la sixième année consécutive, une rencontre avec les éleveurs félins, le samedi 4 Juin 2016 de 13 à 19 heures.
Cet après-midi se déroulera sous forme de tables rondes et de conférences sur les actualités et préoccupations majeures concernant les maladies infectieuses et parasitaires et leur gestion particulière en collectivité.

Le nombre de places étant limité, il est nécessaire de s’inscrire sur le site www.eleveursfelins.merial.com

A télécharger, le programme complet de l’après-midi

 

Législation : modification de la réglementation en matière d’élevage canin et félin

Une ordonnance parue le 7 octobre 2015 modifie la réglementation en matière d’élevage canin et félin en France.

Éleveur dès la première portée commercialisée 

Avec la mise en application de l’ordonnance 2015-1243 du 7 octobre 2015 relative au commerce et à la protection des animaux de compagnie, la définition de l’activité d’éleveur change au 1er janvier 2016.

« On entend par élevage de chiens ou de chats l’activité consistant à détenir au moins une femelle reproductrice dont au moins un chien ou un chat est cédé.» [Article L214-6 du CRPM]

A ce titre, tout éleveur est tenu de répondre à des obligations administratives et fiscales :

  • formation (attestation de connaissances)
  • immatriculation (SIRET)
  • déclaration d’activité auprès de la DDPP
  • locaux conformes aux règles sanitaires telles que décrites dans l’arrêté du 3 avril 2014 et ses annexes.

L’ordonnance prévoit des mesures « allégées » pour les éleveurs qui ne commercialisent pas plus d’une portée par an et par foyer fiscal et qui inscrivent TOUS leurs chatons à un Livre Généalogique reconnu par le Ministère de l’Agriculture. Le numéro SIRET est alors remplacé par un numéro de portée délivré par le LOOF, indispensable pour toute publication d’annonce de vente.

Ce numéro de portée prévu par l’ordonnance a pour but d’assurer la traçabilité. Il est attribué par le LOOF et sera vérifiable sur le site du LOOF à compter du 1er janvier 2016. Il est composé de la manière suivante :

LOOF – n° à 8 chiffres – année de naissance – ordre d’inscription de la portée dans l’année
Par exemple : LOOF-12345678-2016-1

Très logiquement, les numéros de portée publiés dans les annonces, en règle générale, doivent se terminer par le chiffre 1 (une seule portée dans l’année). En effet, dès la deuxième portée vendue, le numéro publié doit être un numéro SIRET.

Tous les numéros de portée seront vérifiables en ligne sur le site du LOOF à compter du 1er janvier 2016.

Je commercialise plusieurs portées par an, j’ai déjà transmis mon numéro SIRET au LOOF, quel impact pour moi ?

Aucun, vous avez déjà fait ce qu’il faut ! Bien que vous n’en ayez pas besoin pour publier vos annonces de vente, un numéro de portée sera attribué à chacune de vos portées au moment de la DSN. Il n’a pas vocation à être publié, mais si vous souhaitez le transmettre à vos acheteurs pour prouver que la DSN a été faite, ils pourront en vérifier la véracité sur le site du LOOF à compter du 1er janvier 2016 ; votre numéro SIRET sera alors indiqué.

Attention : une des conséquences de l’ordonnance est que, à compter du 1er janvier 2016, les demandes de pedigrees quelles qu’elles soient devront porter sur tous les chatons vivants de la portée, en une seule fois. Les anciens dossiers ayant fait l’objet d’une demande partielle de pedigrees avant le 1er janvier 2016 pourront cependant faire l’objet de demandes de pedigrees complémentaires.