Le British Shorthair et Longhair

LE BRITISH SHORTHAIR

« Chat à poils courts britannique », c’est la traduction littérale de notre ami, que la presse spécialisée  qualifie de « gros nounours », « boule de tendresse », « caractère en or », « flegmatique », « peluche vivante », « gentleman »…
Qu’en est-il vraiment ?

photo1

D’abord son histoire :

photo2Comme pour bon nombre de chats, son histoire remonte à l’Antiquité et sa présence sur les bateaux de commerce était une nécessité. De quel pays exact est-il venu? Nul ne le sait. Toujours est-il que ses ancêtres sont les chats de gouttière ou de maison, comme vous voulez, installés en Grande Bretagne depuis des lustres.

photo3
Ce « sourire » ne vous rappelle-t’il pas celui du chat de Chester d’Alice aux Pays Des Merveilles de Lewis Caroll ? « Et quand il disparaît, il ne reste que son sourire… »

C’est en 1871 qu’a lieu la première exposition féline au « Crystal Palace » de Londres. Harrison Weir, éleveur et passionné par les chats à poils courts, présente ce chat qui remporte un franc succès, face aux poils longs (ancêtres des Persans). Le British shorthair était né !
En 1901 fut créé le premier club en Grande Bretagne : British Cat Club.

L’histoire du British faillit tourner court après la première puis surtout la seconde guerre mondiale. L’essentiel du cheptel avait disparu. Les éleveurs firent donc appel à d’autres races en particulier aux Persans, moins typés qu’aujourd’hui, ce qui eut pour effet de donner à notre British, une tête bien ronde, un corps plus robuste, une palette de couleurs la plus étendue possible.

Le revers de la médaille fut d’introduire le gène « poils longs » dans les lignées. D’abord mis à l’écart, ces « vilains petits canards » sont reconnus par le LOOF en 2000.

photo6          photo5

 

 

La couleur du British d’origine étant surtout bleue, les éleveurs les marièrent avec des Chartreux . En 1977, la FIFé (Fédération Internationale Féline) interdit ces mariages, puis reconnait en 1979 le British Shorthair à part entière.

Depuis cette époque, les éleveurs passionnés n’ont eu de cesse d’améliorer notre British.

photo7

Les couleurs :

Toutes les couleurs sont admises, la couleur des yeux variant en fonction de celle de la robe.
photo8           photo12

Son caractère :

photo4Chat calme par excellence, le British s’accommode de tous les styles de vie. Que vous soyez seul, en couple avec ou sans enfants, d’âge mûr ou en retraite, en appartement ou en maison, avec ou sans jardin, avec ou sans chien, il vous accompagnera dans votre vie de tous les jours.

photo11Mais n’exagérez quand même pas : on ne vous garantira jamais qu’il ne s’intéressera pas à vos canaris ou au hamster des enfants ! Et si vous le laissez très souvent seul, (il faut bien que quelqu’un gagne sa pitance !), il ne faut pas prendre un British mais deux !
Très présent, il vous suivra partout… Mais ne vous étonnez pas s’il ne saute pas sur vos genoux : il préfère souvent s’allonger contre vous, sur le bras de votre fauteuil.

Son allure extérieure :

photo13La première chose qui vous frappe lorsque vous regardez un British shorthair, c’est sa rondeur : yeux ronds, tête ronde, inscrite dans un cercle, en forme de pomme (on dit que le Chartreux a, lui, une tête en forme de poire). Un cou qui rentre dans les épaules, un pelage dans lequel vous avez envie tout de suite de mettre les doigts ! Vous venez de retrouver le nounours de votre enfance ! En plus, il est vivant : il ronronne tout doucement…
Si c’est un étalon dans la fleur de l’âge, vous serez frappé par ses bajoues qui lui donne l’impression d’être encore plus puissant.

Son entretien :

photo9Doté d’un sous-poil très fourni, le British shorthair a besoin, lors de sa mue, que vous l’aidiez à se débarrasser de ses poils morts par un bon coup de brosse journalier. Le reste du temps, un entretien hebdomadaire suffit. Profitez-en pour faire de ce moment, un moment privilégié entre vous et faites, l’air de rien, la revue de détail : yeux, nez, oreilles et griffes.
Le British longhair a besoin d’un entretien journalier pour éviter la formation de nœuds dans son poil.

Conclusion :

Le British est un chat sympathique, toujours de bonne humeur, jamais agressif qui convient à tous.

Essayer, c’est l’adopter !!!

photo10