Patrons

LES BICOLORES, ARLEQUINS ET VAN

C’est la série S qui détermine l’apparition de taches blanches plus ou moins étendues.

Leur étendue dépendrait en partie de l’homozygotie ou de l’hétérozygotie du sujet par rapport à S, il n’existe pas de certitude, dans un sens comme dans l’autre. Ainsi, le chat sacré de Birmanie est le chat qui présente l’expression la plus restreinte du gène des taches blanches ; le chat turc du lac de Van, en revanche, présente une expression étendue de ce gène qui ne laisse sur ce chat  que peu de couleur sur la tête et toute la queue.

On distingue :

  • l’allèle S (taches blanches) ;
  • l’allèle s+ (pas de taches).

Il y a donc trois combinaisons possibles :

  • SS (taché homozygote) ;
  • Ss+ (taché hétérozygote) ;
  • s+s+ (pas de taches).

EXPRESSION DES TACHES BLANCHES

A partir des différentes combinaisons d’allèles, nous obtenons six possibilités de croisement.

Comme toutes les séries dont il a été question, celle-ci s’étudie avec les autres séries, les taches du pelage étant blanches, mais les parties colorées pouvant être tabby ou non tabby.

Croisements Gènes en présence Résultats

1. Croisement de 2 homozygotes SS x SS = SS Tous les chatons sont tachés, homozygotes

2.Croisement d’un homozygote et d’un hétérozygote SS x Ss+ = SS ou Ss+ Tous les chatons sont tachés, la moitié étant homozygote, l’autre hétérozygote

3.Croisement d’un homozygote et d’un chat non taché SS x s+s+ = Ss+ Tous les chatons sont tachés hétérozygotes

4.Croisement de 2 hétérozygotes Ss+ x Ss+ = SS ou Ss+ ou s+s+ Certains chatons sont tachés, homozygotes ou hétérozygotes, d’autres sont non tachés

5.Croisement d’un hétérozygote et d’un chat non taché Ss+ x s+s+ = Ss+ ou s+s+ La moitié des chatons sont tachés, hétérozygotes, l’autre non

6. Croisement de 2 chats non tachés S+s+ x s+s+ = s+s+ Aucun des chatons n’est taché  

La plupart des mâles sont bicolores, les tricolores sont presque toujours des chattes. Sans l’adjonction de S, elles seraient écaille, c’est-à-dire qu’elles présenteraient des poils noirs et des poils oranges (roux) mélangés.

Les chattes tricolores présentent soit des zones où poils noirs et poils orange sont mélangés et des taches blanches, soit des taches distinctes, blanches, noires, orange. Plus il y a de blanc, plus les taches noires sont séparées des taches rousses.

Quelques poils blancs suffisent à indiquer qu’un chat est porteur de S.

Par exemple, deux bicolores noir et blanc ont une portée de 5 chatons, 2 bleu et blanc, un noir et 2 noir et blanc. Que peut-on dire de ces reproducteurs ?

Le fait que la portée comporte un chaton unicolore indique que les 2 parents portent le non bicolore de s+. En outre, il y a des chatons bleu et blanc. Les parents sont donc également porteurs de dilution. On écrira ce mariage : D+dSs+ x D+dSs+.

LES BICOLORES EN EXPOSITION

La répartition du blanc des chats bicolores (ou tricolores) en exposition doit répondre à des critères très précis :

  • le bicolore doit présenter le tiers inférieur du corps blanc. Il est préférable que le face soit séparée par un V renversé (le rideau).ou une fleur e lys, qu’il ait une collerette et les 4 pattes blanches, comme si le chat avait été trempé dans du lait. Il put y avoir des taches sur le dos;
  • l’arlequin doit présenter plus de la moitié de blanc, avec un maximum de 4 taches sur le corps
  • le Van doit présenter un grande majorité de blanc, avec un maximum de trois taches colorées se répartissant, si possible en deux taches séparées de blanc, sur le front et la tête, ne recouvrant pas les oreilles, la queue étant colorée.

Dans le motif arlequin et Van la queue est colorée.

La répartition « mitted » est particulière au ragdoll, qui doit avoir du blanc sur les 4 pattes, de manière symétrique, ainsi que, obligatoirement, du blanc au menton et sous le ventre.

(Le Chat de Race par Alyse Brisson et avec l’aimable autorisation de l’auteur)